Navigation – Plan du site

Genèse de la recherche sociologique en Allemagne

Analyse d’un échange épistolaire de Max Weber sur un projet d’enquêtes
Isabelle Niehues-Jeuffroy

Texte intégral

  • 1 « Erhebungen über Auslese und Anpassung (Berufswahl und Berufsschicksal) der Arbeiterschaft der ges (...)
  • 2 « Zur Psychophysik der industriellen Arbeit », Archiv für Soziologie und Sozialpolitik, 27 (3), 190 (...)
  • 3 MWG II/5. Briefe 1906-1908. On a fait ce choix en raison des considérations suivantes : 1) La corre (...)

1On s’interrogera ici sur la dynamique d’un groupe de recherche et de promotion de la recherche, l’« Association de politique sociale » (Verein für Sozialpolitik). On envisagera notamment comment elle sélectionne et conditionne des chercheurs et comment le développement de cette association conduit à lancer une série d’enquêtes. Max Weber est membre de cette association, co-directeur des enquêtes sur les ouvriers d’industrie, enquêteur dans une fabrique textile. On se propose de montrer quel changement historique de la science et de la politique scientifique peut être mis au jour à partir de cette série d’enquêtes. L’organisation de l’association ainsi que les conditions pratiques et techniques de cette organisation témoignent d’une tension spécifique entre d’une part des problèmes pratiques et des problèmes théoriques, d’autre part des méthodes physiologiques et des méthodes sociologiques ; cette double tension est manifeste dans le mémoire rédigé par Max Weber à l’adresse des enquêteurs – « Enquêtes sur la sélection et l’adaptation (choix et destin professionnel) des ouvriers de la grande industrie fermée »1 – suivi d’une synthèse bibliographique et d’une enquête-pilote – « Sur la psycho-physique du travail industriel »2. Ce n’est pas l’évolution de Max Weber en 1907 comme acteur singulier qui est ici au centre de l’analyse mais un processus de distanciation collective vis-à-vis de la recherche de politique sociale et de la recherche psycho-physique : le rapport entre pratique et théorie et entre sciences de la nature et sciences sociales s’en trouve notablement modifié. Le matériel choisi pour vérifier cette hypothèse de distanciation est, dans la correspondance de Max Weber en 1907-1908, la série des relations préparatoires aux enquêtes3.

1. La configuration originelle de la politique sociale

  • 4 Le terme de « cadre d’entreprise » peut paraître anachronique dans l’industrie des années 1900, mai (...)

2La correspondance de Max Weber à Alfred Weber en septembre 1907 est essentiellement consacrée à l’« affaire » (à Alfred Weber, 3.9.1907), la proposition d’une série d’enquêtes auprès de l’« Association de politique sociale » ; or la tension sociale mentionnée dans cette correspondance caractérise le seul sous-groupe économique des cadres d’entreprise dans l’Allemagne de Guillaume II4. Ce sous-groupe économique a des « intérêts » propres et présente alors des « revendications pratiques et des doléances » ; il est organisé en « associations de “cadres”», dont l’« Association des cadres d’entreprise » (Verband der Privatangestellten) présidée par Potthoff (ibid.).

3Mettre à disposition du gouvernement et de l’opinion publique des moyens d’orientation face aux conflits sociaux constitue l’activité de deux organisations opposées : le « Congrès économique » (Volkswirtschaftlicher Kongress) des libéraux et l’« Association de politique sociale » regroupant depuis 1872-1873 des fonctionnaires, des hommes politiques, des représentants de l’économie, des journalistes et des professeurs d’économie politique (MWG I/3, p. 1).

4Outre Alfred Weber quatre correspondants de Max Weber en 1907-1908 sont alors membres de cette association – Schmoller (président), Brentano, Eulenburg et Sombart – ; deux autres membres sont mentionnés dans la correspondance en rapport explicite avec les enquêtes – Bücher et Herkner (à Alfred Weber, 19.9.1908).

  • 5 « Es ist nicht die Absicht des Vereins, mittels der diesmaligen Erhebungen irgendwelche praktische (...)

5Au libéralisme du « Congrès économique » répond le réformisme social de l’Association préconisant des interventions de l’État dans l’économie et la société : les deux organisations se caractérisent par un degré élevé d’engagement pratique politique, par une définition plus sociale que scientifique des problèmes et des questions à traiter scientifiquement5. En 1907 cet engagement pratique politique de l’Association se manifeste vis-à-vis des cadres d’entreprise – Potthoff est pressenti comme nouveau membre du comité directeur de l’Association (à Alfred Weber, 3.9. et 20.9.1907) et il est en effet coopté le 1.10.1907 (MWG II/5, p. 382) – et Max Weber, convaincu de ne pas pouvoir « contourner les cadres d’entreprise », annonce la proposition d’enquêtes sous le titre « populaire » de « situation du travail intellectuel dans la grande industrie moderne » (à Alfred Weber, 3.9. et 20.9.1907). Schmoller consulté par Max Weber serait d’accord (ibid.), or le thème retenu lors de la première séance du comité à Magdebourg le 29.9.1907, en l’absence de Max Weber, est « Analyses de vies d’individus actifs dans l’industrie » (MWG II/5, p. 382).

2. La distanciation scientifique théorique

6La rupture avec l’engagement pratique politique de l’Association et le changement de titre et de thème d’enquêtes ne sont pas un simple coup de force individuel, inopiné et improvisé lors de l’ultime séance du comité directeur (1.10.1907) : le courrier de Max Weber à Alfred Weber en septembre 1907 expose déjà les quatre moments principaux de cette distanciation scientifique théorique.

71) L’objet d’étude ne correspond pas à toute industrie ou à l’industrie en général, mais aux « différentes industries » et surtout à la « grande entreprise fermée » (à Alfred Weber, 3.9.1907) – une entreprise de filature et de tissage en Rhénanie, une fabrique textile en Westphalie ; Siemens (construction de matériel électrique) et Zeiss (optique) sont exemplaires de cette « grande industrie fermée » (à Marianne Weber, 3.8.1908 ; à Georg Müller, 23.11.1908).

82) Par delà les cadres d’entreprise, l’étude porte sur la « structure interne » des industries ou de la grande entreprise fermée et cette partie « morphologique » traite du « degré et du genre de qualification du travail, de la stabilité de la main-d’œuvre, des chances professionnelles, de la mobilité professionnelle, etc. » : le projet renonce ainsi à la concentration exclusive des analyses sur la catégorie des cadres d’entreprise qui est mise en relation avec les autres catégories sociales et professionnelles de l’industrie. Toutefois cette analyse morphologique n’importe pas en soi : « partant de ce côté “morphologique” de l’affaire, approcher alors la question de la sélection psycho-physique accomplie par l’industrie, de son orientation dans les différentes industries et inversement de son conditionnement par les […] qualités [psycho-physiques] de la population » (à Alfred Weber, 3.9.1907) – à partir de la morphologie industrielle il s’agit donc de découvrir le fonctionnement et le développement d’industries.

93) En relation avec l’analyse morphologique globale de l’industrie, l’intitulé initial de la série d’enquêtes (« travail intellectuel ») est d’emblée considéré comme « étiquette populaire », « lubrifiant », puis « formule opportune » (à Alfred Weber, 3.9. et 20.9.1907). Il s’agit d’étudier « les couches supérieures les plus différenciées dans l’ensemble du personnel de la grande industrie, les entrepreneurs mêmes », mais surtout « il faut avancer jusqu’au fond […] Dès le début il ne doit pas être question de se limiter à eux [les cadres] et dans le cours ultérieur de l’affaire il faut aussi dépasser les “qualifiés” le plus rapidement possible » (ibid.). La représentation politique des revendications de cadres d’entreprise et le traitement par l’Association de ces questions pratiques politiques se trouvent ainsi subordonnés à l’analyse scientifique théorique du travail industriel comme lieu de tensions qui ne sont pas seulement internes au sous-groupe des cadres, mais propres au groupe économique dans son ensemble, comprenant des industriels et des ouvriers – les « doléances » des ouvriers et les « déclarations irritées » des entrepreneurs ressortissent par conséquent à l’objet étudié (Weber 1988, p. 3).

104) Cette définition scientifique du travail industriel aboutit à une première critique de la tradition théorique qui traite les « qualités de la population » comme des « data » et néglige la construction d’« éléments causaux de la sélection et – éventuellement – de la “création” de ces qualités » (à Alfred Weber, 3.9.1907) : un second processus de distanciation, non plus scientifique-théorique, mais théorique-technique, est ainsi amorcé.

  • 6 À cette époque Alfred Weber prépare la publication de Über den Standort der Industrien. I. Reine Th (...)

11L’organisation politique des cadres d’entreprise en Allemagne au début du siècle n’est pas sans effet sur l’activité de recherche de l’Association, cependant il n’y pas là un simple engagement scientifique pour la cause des cadres : l’Association même se réorganise, un sous-comité chargé des enquêtes est constitué sous la présidence de Bücher ; ce sous-comité, auquel appartiennent les frères Weber, tient séance en juin, puis en octobre 1908, et il examine les premières codifications des enquêtes à venir, proposées par Max Weber (à Paul Siebeck, 27.7. et 30.8.1908 ; à Alfred Weber, 19.9.1908). Si Max Weber signe seul le mémoire méthodologique (« Enquête sur la sélection et l’adaptation de la main-d’œuvre de grande industrie fermée ») et en informe Alfred Weber ultérieurement (à Alfred Weber, 19.9.1907), l’élaboration du projet d’enquêtes a lieu avec l’assentiment initial d’Alfred Weber (à Alfred Weber, 3.9.1907), puis avec sa coopération si l’on en croit le courrier de Max Weber à Marianne Weber, son épouse, dans les premiers jours d’août 19086. Ce mémoire développe et codifie dans une première partie (« Caractères généraux de l’enquête ») les éléments de distanciation scientifique théorique ici mis au jour dans la correspondance. Cette orientation scientifique théorique des recherches menées et promues par l’Association implique une certaine sélection des enquêteurs (critères plus scientifiques que politiques) ; elle est issue d’une adaptation de l’Association aux chercheurs, membres et directeurs de l’Association, prônant la cause théorique contre l’engagement aux côtés des cadres d’entreprise.

3. La « figuration »7 originelle de la psycho-physique

  • 7 Ce concept est emprunté à N. Elias.
  • 8 Gruhle, Hans Walter. Né en 1880, psychiatre et psychologue, doctorat de médecine à Munich (1907) (M (...)

12Une seconde tension (après la tension sociale) apparaît dans la correspondance de Max Weber : la tension ou, suivant le terme de Max Weber, l’« abîme », au sein du groupe scientifique, entre la « psychologie expérimentale » et l’économie politique (à Hans Gruhle, 13.10.1908), entre les sciences de la nature et les sciences de la culture et de l’histoire ; la recherche scientifique sur le travail résulte, dans l’Allemagne des années 1900, du rapport conflictuel entre ces deux domaines scientifiques et entre leurs problématiques respectives. Les principaux éléments quant à cette structure scientifique originelle ne se trouvent pas tant dans les lettres initiales à Alfred Weber que dans les lettres adressées à Hans Gruhle en octobre 19088. Cette « figuration » scientifique apparaît d’abord là par le biais d’une « synthèse bibliographique » et d’une « comparaison méthodologique ».

13La « synthèse bibliographique » sur la « psycho-physique du travail » est d’abord consacrée aux « résultats (tant effectifs que supposés) des travaux de Kräpelin (et de ses élèves) » (à Hans Gruhle, 13.10.1908) – seule cette partie de la synthèse apparaît de façon explicite dans la correspondance de Max Weber en 1908.

14Les travaux de Kräpelin sont présentés par Max Weber, à partir d’une publication de celui-ci, de la façon suivante : depuis les travaux sur l’aphasie, la psychiatrie a coutume de fragmenter l’âme « de façon monadologique », en un très grand nombre de pouvoirs spécifiques et de considérer par conséquent les prestations psychiques comme « résultat de décisions majoritaires de la chambre basse des perceptions et de la chambre haute des images mnémoniques ». Il est nécessaire de considérer les « qualités physiologiques fondamentales » de la personnalité comme décisives pour le déroulement des prestations psycho-physiques : ces qualités décident de la manière dont l’individu « travaille » en lui la « stimulation » à quoi il « réagit ». Pour conclure, on doit adapter donc l’analyse à la recherche de ces « qualités fondamentales » de l’ouvrier et, pour découvrir celles-ci, on doit partir des « composantes fondamentales les plus simples possibles de la prestation de travail » (Weber 1988, p. 63-64).

15Max Weber se défend de critiquer les résultats de la psycho-physique mais n’abdique pas l’exigence scientifique de construction et de consolidation théorique : « une “critique” de Kräpelin dans ma bouche serait vraiment du dernier ridicule – même le profane peut bien sentir ici et là que l’affaire peut susciter le doute et qu’elle n’est pas “inattaquable” avec ces composantes d’effet contraire et le soigneux raccord à la conception physiologique : les éléments psycho-affectifs y créent toujours un embarras manifeste » (à Hans Gruhle, 21.10.1908). Max Weber met alors en relation ces hypothèses psycho-physiques et des présupposés biologiques quant à l’« hérédité » des qualités psycho-physiques (à Hans Gruhle, 13.10.1908), i. e. quant au fondement naturel des qualités de la main-d’œuvre industrielle.

16La « compilation » des résultats de la psycho-physique aboutit à une « comparaison » ou « confrontation » méthodologique entre l’« expérimentation » psychologique et les « ressources heuristiques » de l’économie politique, i. e. entre l’expérimentation de laboratoire et l’enquête en industrie, entre la création d’une situation de travail et l’observation du travail industriel à l’aide des « livres de paye » et des « calculs de rendement utile dans les industries » (ibid.). Max Weber critique les prémisses physicalistes qui conditionnent le choix technologique de l’expérimentation : l’engagement dans l’expérimentation peut introduire un ensemble d’artefacts dans l’étude du travail industriel, par comparaison avec les outils techniques de l’économie politique.

17La « figuration » scientifique théorique est seulement esquissée dans la correspondance de Max Weber, par contraste avec l’ensemble de la deuxième partie du mémoire (« Les problèmes scientifiques physiques de l’enquête ») et avec des articles sur la psycho-physique du travail industriel. La tension entre le parti physicaliste de la psycho-physique et les présupposés opposés de l’économie politique ne s’en manifeste pas moins nettement. Cependant cette tension ne fait pas obstacle à la coopération entre Max Weber et Hans Gruhle : le « spécialiste » de psychologie accepte de corriger et corrige en effet les épreuves de la « synthèse bibliographique », sous l’aspect terminologique (à Paul Siebeck, 27. 9.1908 ; à Hans Gruhle, 13.10 et 21.10.1908) – Hans Gruhle figure en note infrapaginale dans la série d’articles (Weber 1908, p. 65). Cette coopération permet ainsi à Max Weber de réduire les schèmes psycho-physiques dominant la représentation scientifique du travail et de codifier des préceptes de vigilance scientifique face aux constructions physiologiques adoptées par « précipitation » ou par « dilettantisme » (à Alfred Weber, 19.9.1908). Le schème théorique proposé en remplacement est alors celui des « chances sociales de vie actuelles et passées » (à Alfred Weber, 3.9.1907) comme causes de sélection et d’adaptation de la main-d’œuvre industrielle – l’hérédité et le caractère donné étant conçus comme des cas-limites dans ce modèle scientifique non biologique du développement industriel.

4. La distanciation théorique technique

  • 9 Bernays, Marie. Née en 1883, socio-pédagogue, diplôme d’enseignante scolaire (1904), diplôme d’ense (...)

18La correspondance de Max Weber en 1907-1908 a été examinée jusqu’ici principalement sous l’angle des configurations philosophiques et scientifiques dans l’Allemagne des années 1900 ; or la série d’enquêtes sur le travail industriel n’engage pas seulement un processus de distanciation vis-à-vis de la politique sociale, mais aussi un processus de distanciation vis-à-vis de la théorie psychologique et des techniques expérimentales. L’invention théorique des « chances sociales de vie » est en effet suivie d’essais techniques de recherche concertés avec Alfred Weber et Marie Bernays ou exposés à Marianne Weber et à Georg Müller – par exemple Max Weber présente le dessein de l’enquêtrice Marie Bernays9 de travailler elle-même dans la filature qu’elle étudie (à Marianne Weber, 5.8.1908). C’est bien un groupe qui s’accorde sur quelques principes sociologiques.

19   

Tableau 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908)
Destinataires et personnages mentionnés (Source : MWG II/5)

Tableau 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908)Destinataires et personnages mentionnés (Source : MWG II/5)

Remarques : les noms des membres de l’Association sont en caractère gras ; les destinataires sont sur l’axe horizontal, les personnages mentionnés sur l’axe vertical ; les lettres successives à un correspondant sont représentées en colonnes juxtaposées ; – : lettre du 19.9.1908 ou antérieure ; + : lettre postérieure au 19.9.1908. Diekhoff travaille à la fabrique textile d’Örlinghausen, Waner y est directeur technique ; les autres noms ont été situés au cours de cet article.

20Ces essais techniques scandent la correspondance même de Max Weber qui, pour conduire sa propre enquête dans une fabrique textile, se rend en septembre-octobre 1908 à Örlinghausen (Westphalie) d’où il écrit entre autres à Hans Gruhle resté à Heidelberg (lieu de résidence de Max Weber). Précisément lors de cette enquête-pilote, Max Weber affirme renoncer à co-diriger les enquêtes, au profit d’Alfred Weber (à Hans Gruhle, 13.10.1908) qui dispose alors de premiers repères techniques pour les enquêtes indiqués dans la correspondance de Max Weber :

1) L’« enquête » ou étude de cas, combinant l’entretien avec d’« anciens enseignants professionnels », l’interrogation d’industriels, le questionnaire différencié selon le genre d’industrie et adressé entre autres aux cadres d’entreprise (à Alfred Weber, 3.9. et 20.9.1907).

2) Le questionnaire adressé aux syndicats : « Je souhaiterais proposer de supprimer dans le “questionnaire” – dans la mesure où il est destiné aux syndicats – toutes les questions auxquelles on ne peut pas répondre par de brèves indications de fait ou par “oui” ou “non” : il faudrait s’en remettre aux enquêteurs pour ajouter, après consultation des dirigeants syndicaux, les questions qu’ils considèrent comme pouvant réussir. Au reste il faudrait, me semble-t-il, procéder (pour toutes les autres questions) par entretien personnel de l’enquêteur avec des ouvriers, pas par questionnaire écrit, sinon l’on obtient à mon avis sûrement, quantitativement, peu et, peut-être, qualitativement, rien d’utile pour autant. » (À Alfred Weber, 19.9.1908.)

  • 10 Müller, Georg. Né en 1876, fabricant, dirigeait avec son père Bruno Müller, son oncle Carl Weber et (...)

21Ces repères techniques demeurent là relativement peu systématiques par comparaison avec l’investigation de la fabrique textile d’Örlinghausen telle qu’elle est partiellement relatée dans une lettre à Georg Müller10.

22Les « frictions » récentes dans cette fabrique ne sont pas traitées comme problème pratique, pas plus que les « calculs de rendement utile » effectués par le directeur technique ; les « frictions » importent implicitement comme situation échappant à l’expérimentation psychologique, explicitement comme facteur de variation des prestations de travail. Le caractère systématique de cette investigation se marque aussi dans l’usage d’outils techniques fort variés, par exemple pour constater un cas-limite de conditionnement physique des prestations industrielles par l’atmosphère : des « diagrammes d’hygromètre destinés à contrôler et réguler l’humidité » sont retournés par Max Weber à Georg Müller.

23Cette même lettre comporte un ensemble de propositions d’étude du travail industriel, spécialement des variations du travail industriel au cours de l’année et de la semaine :

1) Des conjonctures climatiques peuvent faire varier les prestations de travail – « degré d’humidité de l’air » et « teneur en eau poussiéreuse », « air extérieur ».

2) Il en va de même des conjonctures socio-politiques comme les « frictions ».

3) Le mode de vie le jour de congé peut influer sur les prestations de travail – surtout la fréquentation du café par les jeunes ouvriers.

4) Les changements commerciaux et techniques (« changement de sorte et de chaîne » sur les métiers à tisser) peuvent aussi faire varier les prestations de travail.

24Cet ensemble de propositions est soumis à vérification : analyse de diagrammes hygrométriques, entretiens avec les industriels, analyse des statistiques de rendement utile, analyse comparée du livre de paye, de la prestation mensuelle et des changements techniques, concourent à consolider les hypothèses d’ordre économique, politique et social (« frictions », café, non-standardisation) contre l’hypothèse climatique.

25L’ensemble de ces opérations de recherche tend à modifier la tension ou l’« abîme » existant entre un point de vue inspiré par les sciences de la nature et un point de vue inspiré par les sciences de la culture et de l’histoire ; il juxtapose en effet de façon systématique les outils caractéristiques de ces deux sous-ensembles scientifiques afin de les comparer ; les relations scientifiques non fonctionnelles qui sous-tendaient les rapports entre les disciplines scientifiques sont ainsi mises au jour à partir de la psycho-physique et de l’économie politique. Cette représentation symbolique esquissée dans la correspondance de Max Weber est systématisée dans le mémoire et surtout dans la série d’articles de 1908-1909. Cette modification de la tension au niveau des disciplines scientifiques va de pair avec la genèse d’un nouveau réseau que l’on peut derechef constater à l’aide de la correspondance de Max Weber : les membres de l’Association, le plus souvent des économistes, ne sont pas destinataires des lettres concernant les enquêtes, à l’exception d’Alfred Weber – en revanche ils sont mentionnés, tels Bücher et Herkner, comme obstacle à ce processus de distanciation théorique et technique (à Alfred Weber, 19.9.1908). Le réseau scientifique naissant comprend donc, outre Alfred Weber, des non-économistes, non-membres de l’Association tels Marie Bernays, Hans Gruhle, voire Georg Müller, à la fois destinataires des lettres de Max Weber et mentionnés dans celles-ci à partir d’octobre 1908 (Tableau 1). La genèse de ce réseau tend à substituer à la dynamique scientifique économique du groupe originel, une dynamique de recherche « sociologique » disposant d’une technologie de recherche innovatrice par rapport aux outils techniques usuels de l’économie politique ; cette technicisation « sociologique » est codifiée comme telle dans le mémoire et la série d’articles, contribuant ainsi à sélectionner et à conditionner les enquêteurs – l’Association fonctionne encore comme substrat de ce réseau « sociologique ».

  • 11 On aperçoit quelques analogies entre les représentations de Durkheim et celles de Max Weber concern (...)

26Le processus de distanciation scientifique ici analysé tend à amoindrir deux éléments constitutifs de la « figuration » originelle : la finalité pratique et la tradition théorique. La recherche scientifique préparée dans la correspondance de Max Weber ne trouve ses limites ni dans la réforme sociale, juridique ou politique, ni dans la tradition scientifique, physique ou biologique : elle se développe indépendamment des problèmes sociaux et des méthodes scientifiques des sciences de la nature11.

27Ce processus de distanciation scientifique participe d’un changement historique de la science en Allemagne dont on souligne deux aspects en conclusion : la redéfinition des problèmes sociaux et la genèse d’un réseau sociologique. L’« Association de politique sociale » organisait la recherche scientifique à partir d’une définition pratique des problèmes à étudier, i. e. à partir de questions sociales telles que la question ouvrière : l’élaboration de la série d’enquêtes sur les ouvriers industriels a certes recours au substrat de l’Association mais pour traiter d’un problème scientifiquement défini à l’aide d’éléments morphologiques, économiques, technologiques, pédagogiques, historiques… Un « thème » scientifique est ainsi substitué à une question sociale. Les schèmes biologiques de l’hérédité ou du caractère donné pénétraient les représentations du travail : la préparation de la série d’enquêtes sur les ouvriers industriels comporte certes une « synthèse bibliographique » des travaux psycho-physiques mais pour développer une technologie de recherche propre à la science sociale (combinaison de questionnaires statistiques et d’études de cas). Le maniement de cette technologie et les capacités qu’il requiert commencent de dessiner un nouveau réseau scientifique, un réseau de recherche sociale ou sociologique : venu à Berlin dans les derniers jours de décembre 1908 pour participer au comité de l’Association (MWG II/5, p. 709), Max Weber prend part à la fondation de la « Société allemande de sociologie » (Deutsche Gesellschaft für Soziologie) le 3.1.1909.

Tableau 2. Destinataires et personnages nommés dans la correspondance de Max Weber, parents de Max Weber
(Source : MWG II/5, p. 764-767)

Tableau 2. Destinataires et personnages nommés dans la correspondance de Max Weber, parents de Max Weber(Source : MWG II/5, p. 764-767)

Graphique 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les destinataires
(Source : MWG II/5, p. x-xix).

Graphique 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les destinataires(Source : MWG II/5, p. x-xix).

Graphique 2. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les lieux d’expédition
(Source : MWG II/5, p. x-xix).

Graphique 2. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les lieux d’expédition(Source : MWG II/5, p. x-xix).
Haut de page

Bibliographie

Durkheim Émile.– Textes, I. Éléments d’une théorie sociale, prés. de V. Karady, Paris, Minuit, 1975.

Elias Norbert.–  « Wissenschaft oder Wissenschaften ? Beitrag zu einer Diskussion mit wirklichkeitsblinden Philosophen », Zeitschrift für Soziologie, 14 (4), 1985, p. 268-281. – Engagement und Distanzierung. Arbeiten zur Wissenssoziologie, éd. et trad. par M. Schröter, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1987, t. I (1re éd. 1983).

Weber Max.– Gesammelte Aufsätze zur Soziologie und Sozialpolitik, éd. par Marianne Weber, Tübingen, Mohr, 1988 (2e éd.). – Max Weber-Gesamtausgabe. Die Lage der Landarbeiter im ostelbischen Deutschland, éd. par M. Riesenbrodt, Tübingen, Mohr, 1984 (cité : MWG I/3). –  Max Weber-Gesamtausgabe. Briefe 1906-1908, éd. par M. R. Lepsius & W. J. Mommsen, Tübingen, Mohr, 1990 (cité : MWG II/5).

Haut de page

Notes

1 « Erhebungen über Auslese und Anpassung (Berufswahl und Berufsschicksal) der Arbeiterschaft der geschlossenen Großindustrie » (MWG II/5, p. 661) ; texte consulté : Weber 1988, p. 1-60.

2 « Zur Psychophysik der industriellen Arbeit », Archiv für Soziologie und Sozialpolitik, 27 (3), 1908, p. 730-770 ; 28 (1), 1909, p. 219-277 ; 28 (3), 1909, p. 719-761 ; 29 (2), 1909, p. 513-542 (MWG II/5, p. 674 et 700) ; texte consulté : Weber 1988, p. 61-255.

3 MWG II/5. Briefe 1906-1908. On a fait ce choix en raison des considérations suivantes : 1) La correspondance de Max Weber traitée non pas comme documents personnels, mais comme sous-ensemble de relations écrites entre Max Weber et un groupe d’individus, n’a pas une portée strictement prosopographique. 2) Par comparaison avec le mémoire et les articles propédeutiques mentionnés, la correspondance est plus adéquate à l’analyse des processus de distanciation collective : elle met en relation – ou rend compte de la relation entre – Max Weber et des partenaires d’enquêtes quelle que soit la mention formelle de ceux-ci dans les publications de Max Weber (lettre à Alfred Weber, 19.9.1908) ; de plus elle permet de suivre les déplacements de Max Weber pour le projet d’enquêtes ainsi que la série de corrections des textes désormais disponibles sous une forme définitive. 3) La fiabilité des représentations épistolaires wébériennes a été contrôlée indirectement à l’aide de l’appareil éditorial accompagnant la publication (MWG II/5), directement à l’aide du mémoire et de l’article de Max Weber (Weber 1988). 4) L’interprétation de cette correspondance dans la perspective définie s’appuie sur la citation d’extraits de cette correspondance et sur la représentation graphique de ce système épistolaire (cf. infra Graphiques 1 et 2).

4 Le terme de « cadre d’entreprise » peut paraître anachronique dans l’industrie des années 1900, mais « employé d’entreprise » ne traduit pas « Privatangestellten », ensemble comprenant des « chimistes, ingénieurs, etc. » (ibid.), i. e. des diplômés de l’université, le cas échéant des docteurs d’universités techniques, occupant des postes de direction dans les industries.

5 « Es ist nicht die Absicht des Vereins, mittels der diesmaligen Erhebungen irgendwelche praktische Fragen in der Art [praktisch] zur Diskussion zu stellen, wie dies bei manchen seiner früheren Erhebungen der Fall war und der Fall sein mußte » (Weber 1988, p. 3 ; souligné par nous). Les concepts d’engagement et de distanciation sont ici empruntés à Elias (Elias 1985, 1987).

6 À cette époque Alfred Weber prépare la publication de Über den Standort der Industrien. I. Reine Theorie des Standorts (Sur la localisation industrielle. Théorie pure de la localisation), paru en 1909 (MWG II/5, p. 613).
Weber, Alfred. Né en 1868, économiste politique, doctorat sous la direction de Schmoller à Berlin (1897), thèse d’État en économie politique (1899), professeur titulaire à Prague (1904), à Heidelberg (1908). Frère de Max Weber (MWG II/5, p. 760) (cf. infra Tableau 2).

7 Ce concept est emprunté à N. Elias.

8 Gruhle, Hans Walter. Né en 1880, psychiatre et psychologue, doctorat de médecine à Munich (1907) (MWG II/5, p. 733).

9 Bernays, Marie. Née en 1883, socio-pédagogue, diplôme d’enseignante scolaire (1904), diplôme d’enseignement secondaire (1906), l’une des premières étudiantes autorisées à Heidelberg, doctorat sur le travail industriel sous la direction de Max et Alfred Weber (1910) (MWG II/5, p. 723-724).

10 Müller, Georg. Né en 1876, fabricant, dirigeait avec son père Bruno Müller, son oncle Carl Weber et son frère Richard Müller un tissage de lin à Örlinghausen. Neveu de Max Weber et cousin de Marianne Weber (MWG II/5, p. 747) (cf. Tableau 2).

11 On aperçoit quelques analogies entre les représentations de Durkheim et celles de Max Weber concernant la politique sociale, bien qu’elles ne soient pas immédiatement contemporaines : à partir de 1907 Durkheim mentionne Schmoller et les économistes allemands au cours de la polémique avec Deploige quant à l’« influence allemande » et pour établir son propre « éloignement » vis-à-vis d’eux (Durkheim 1975, p. 400-407). L’analogie est plus manifeste avec la présentation du « mouvement » des économistes, spécialement du « socialisme de la chaire », dans l’article « La science positive de la morale en Allemagne » (1887) : cette présentation en partie critique stigmatise la conception des fonctions sociales comme « artifice » et la « confiance exagérée dans l’action législative » (ibid., p. 280-284). Durkheim s’éloigne là des finalités pratiques du mouvement et opte pour une position résolument scientifique théorique. Une seconde analogie existe au niveau des rapports avec la méthode des économistes et avec celle de la psychologie expérimentale : dans l’article cité, la psychologie est présentée comme science « indépendante » (vis-à-vis de la philosophie) en raison de son « contact avec la physiologie » (ibid., p. 285-286). Par contraste, la méthode de Bücher et de Schmoller est présentée dans l’article de Durkheim et de Fauconnet « Sociologie et sciences sociales » (1903), comme « encore bien indécise » (ibid., p. 157).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908)Destinataires et personnages mentionnés (Source : MWG II/5)
Légende Remarques : les noms des membres de l’Association sont en caractère gras ; les destinataires sont sur l’axe horizontal, les personnages mentionnés sur l’axe vertical ; les lettres successives à un correspondant sont représentées en colonnes juxtaposées ; – : lettre du 19.9.1908 ou antérieure ; + : lettre postérieure au 19.9.1908. Diekhoff travaille à la fabrique textile d’Örlinghausen, Waner y est directeur technique ; les autres noms ont été situés au cours de cet article.
URL http://enquete.revues.org/docannexe/image/136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 2. Destinataires et personnages nommés dans la correspondance de Max Weber, parents de Max Weber(Source : MWG II/5, p. 764-767)
URL http://enquete.revues.org/docannexe/image/136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 1. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les destinataires(Source : MWG II/5, p. x-xix).
URL http://enquete.revues.org/docannexe/image/136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 2. Correspondance de Max Weber en rapport explicite avec les enquêtes (1907-1908) : les lieux d’expédition(Source : MWG II/5, p. x-xix).
URL http://enquete.revues.org/docannexe/image/136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Niehues-Jeuffroy, « Genèse de la recherche sociologique en Allemagne », Enquête [En ligne], 7 | 1992, mis en ligne le 09 juillet 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://enquete.revues.org/136

Haut de page